An troc’her gouzer / Barzhoneg gant Ivonig Picard

An troher gouzer e menez Are

Eur hrohen maout war choug e gein

Hag en eur podig pri e lein,

Ema war e droad

En e voutou koad

Gand e falz war goubl e vreh,

O vond war e bouez d’an neh,

Er beure,

D’ar mene’

‘ Leh ma rank ober

E garrad gouzer.

Diohtu e krog en e labour

E giz ar gwella devezour ;

Ken e welit an drammou

Oh ‘n em astenn a-reñkadou.

‘Vel ‘n aotrou Doue pa grouas ar bed

E laka eur horniad etre pep pred ;

Skei a ra war e vên

Gad e zirenn.

O pebez eur dispar !

Ennañ hel lavar :

Neuze,

Er mene’.

Eñ eo ar roue!

Evel-se e zevez a dremen

Heb ma laoskfe eur glemmadenn.

Paour-kêz troher gouzer !

‘N em ober d’e vicher

Eo dlead an den fur….

Te hen goar, m’hen asur ! ! !

Le faucheur de litière des Monts d’Arrée

Une peau de mouton sur le dos

Son repas dans un petit pot

Il se déplace à pied

En gros sabots cloutés,

La faucille au pli du bras,

Avançant à petit pas.

Tôt levé,

Vers l’Arrée

Où il devra faire

Sa charge de litière.

Il se met au travail d’entrée

Tel un consciencieux journalier ;

On voit les andains se coucher

Et former de longues rangées.

Pour créer le monde, Dieu souvent souffla,

Lui bourre sa pipe entre chaque repas ;

La pierre à aiguiser

Frappe l’acier.

Ô étrange bonheur !

Lui seul peut, à cette heure

Jurer

Qu’en Arrée

Il est le roi sacré !

Ainsi s’écoule sa journée

Sans nulle plainte proférée.

Pauvre faucheur de litière

Quel métier de misère !

Ton devoir, tu le fais

En homme sage, je le sais !