Ar c’harrer / Barzhoneg gant Ivonig Picard

Ar harrer

E penn e di ‘tal al leur-gêr,

Dindan e lochenn, ar harrer

A hortoz, dibres ha dizoan,

Ma sono ar hloh eur e goan.

Neuze, pa dan e gorn-butun,

Evitañ ar vourh a zihun.

Kleved a ra war an heñchou

Kirri a storlok o rojou.

Kilviziet en-deus o danvez

D’o stumm, d’o oad e taol evez.

Eun deiz, ‘n e gichenn azezet,

E oen gantañ gwall-zebezet.

– « Selaou o ruill karr Per Mevel,

« O krozal hini Fa~ch Kahbel,

« Me a zo sur ‘ma en Dour-Braz

« O pignad kezeg an Ti-Glaz,

« Hag o cherra en Hent-Haleg

« Ahel merour Yann Lagadeg.

« Deh e strakate bete noz

« Er Vier kibou ar Porz-Kloz,

« Ha diwezatoh, er Groaz-Hir,

« Moellou pounner Ivon ar Gwir.

« Paotrig, evidon pebez joa

« Galloud beva a-hed ar bloa’,

« Ha zoken e-pad va amzer,

« Gand oll oberou va micher !

« Heb o heulia atao, m’o gwel ;

« Morse ne zilezan bugel !

« Skoazella a ran pep hini

« Pa zeu tohor o izili. »

Le charron

Sur la place, devant sa maison

Dans sa cabane est le charron

Qui attend sans hâte, apaisé,

Que sonne l’heure de son souper.

Sa pipe il bourre de tabac gris

Et écoute le bourg qui revit,

Le bruit des roues, toujours croissant

Des charrettes qui vont cahotant.

C’est lui qui les a façonnées

Leur forme, leur âge, il les connaît.

Un jour, j’étais à ses côtés

Et fus, ma foi, bien étonné :

« Ecoute, celle-là, c’est Per Mevel

Et celle qui gronde, Fañch Kabel

J’en suis sûr, là-bas à Dour Braz

Montent les chevaux de Ty Glaz,

Et ce qui grince, à Hent-Haleg,

C’est l’essieu de Yann Lagadeg.

Hier couinaient jusqu’à la nuit

Les boites à essieux de Jañpi

Un peu plus tard, à Kroaz-Hir

Les lourds moyeux de If ar Gwir

Mon gars, c’est une félicité

De pouvoir vivre toute l’année

Et même pour l’éternité

Près des fruits de mon beau métier !

Sans les suivre toujours je les vois,

Jamais mes enfants ne déçois !

Je suis toujours à leurs côtés

Quand leurs membres sont fatigués. »