Ar gemenerez / Barzhoneg gant Ivonig Picard

Ar gemenerez

Gwelit anezi oh astenn

Eur goz torchenn

E kuz an daol, a-hed eur bank

E-leh heb mank

Ar vamm, ar verh hag ar vatez

Prim a azez

En eur zisplega hep termen

O gourhemenn.

Etrezo ne ren ket atao

Eur gwir emgleo :

Aliez e savont o mouez

A-benn paouez.

Goude ‘walenner ar mezer

Hag hen troher.

Peurvuia ‘vid se ‘vez ezomm

Euz eur patrom,

Chupenn, jiletenn, bragou berr,

Diouz ‘pez a reer.

Greet ‘vez d’ar verh dillad nevez

Pebez evez !

Dek gwech e prederier pep tra

Un nebeuta ;

Pe anez e klevfeh o klemm

Muzellou lemm.

Evid kaoud d’ar paper espern

Deom d’an advern,

Pred ar hafe, gwella kavet

Gand ar merhed.

Neuze ‘vad ar gemenerez,

War he hoazez,

‘Vel eur rouanez war he zron,

A ra eur pron :

He zeod ‘n he genou o kerzed

Ne skuizo ket.

Buan ‘tremeno ar pardêz,

Ha traou, souez !

A vezo kontet bete koan,

Hep tamm ehan.

Ar vicher a gemenerez

N’eo ket diêz.

Gand m’he-do bizied dillo

Ha ma poanio

Ne gavo ‘ti heh ostizien

Nep yenienn ;

Hag, evel ma ‘z eo eur plah flour

Abalamour

Ma vev pell diouz pep gwall-amzer

Ha pep krizder,

Eviti e tiwan abred

Eur gwir bried.

La couturière

Regardez-la quand elle étend

Sur un long banc

Derrière la table un vieux torchon

Là où viendront

La fille, la mère et la servante

Passer commande

Et lui exposer sans délai

Tous leurs souhaits.

Entre elles ne règne pas toujours

Le grand amour :

Souvent leurs voix montent

Et puis retombent.

Ensuite l’étoffe, déroulée,

Sera coupée

Travaillant avec précision

Grâce au patron :

Gilet, veste, corsage ou jupon

Ou cotillon.

A la fille une nouvelle toilette

Ah, quelle fête !

On étudie plus de dix fois

Avant le choix,

Car les mauvaises langues sinon

Dénigreront.

Pour ménager le papier

Allons goûter,

Le moment du café, chéri

Par les filles.

La couturière alors, bien droit

A l’aise s’asseoit,

Telle une reine sur son trône

Fait un prône :

Sa langue se met à déclamer

Sans s’arrêter.

Bientôt l’après-midi prend fin

Mais ô combien

De choses seront racontées

Jusqu’au souper.

Couturière c’est un beau métier

Pas compliqué ;

Tant que doigts agiles elle aura

Qu’elle trimera

Elle n’aura que des clientes

Très avenantes.

Et comme elle est une belle fille

Qui vit sa vie

Bien à l’abri du mauvais temps

Et des tourments,

Elle trouvera sans nul souci

Un bon mari.