Ar Hovel / Barzhoneg gant Ivonig Picard

Ar hovel

Gweled a ran va amezeg

O c’hwezi ‘r vegin ‘n eur brezeg,

Peurvuia e vañchou troñset

War e zivreh gwaziennet,

En-dro d’e gorv eun davañcher

Peñseliet, greet a bell amzer ;

Na bihan. na bras, stummet stard,

En eur ger eun doare krennard,

Sed aze an eñvor am-eus

Euz eun den yah evel ar beuz.

Euz ar boan dezañ am-eus greet

‘Houlennan beza pardonet.

*

**

Bugel, ‘laren en eur dremen

‘Tal e hovel pe ‘n he hichenn :

« Gwigour, gwigour, begin dorret !

Gwigour, gwigour, begin bourset ! »

Neuze, ar paour-kêz marichal,

Karget a zroug, leun a wad fall,

War e dreuzou deut gand rezon,

A doue, a grie : « Fripon ! »

*

**

D’ar hog kerkent ha ma kane,

E anneo prest a responte :

Lesanvet e oa « Kloh an deiz » ;

Diêzet en-deus meur a neiz,

Rag gwaz ‘n e wele ‘dlee chom

Pa zeraoue skei war an tomm.

*

**

‘Pad an hañv, e zoubeñn lonket,

Aliez e tebre e bred

E kostez e di war eur mên :

Hep kaozeal ‘dremenje den ;

Ha, da eun eur, pa ‘h ên d’ar skol,

‘Oan sur da gleved e vorzol.

‘Ti ar marichal e kaved

Pa veze glao, tud dastumet,

Reñket darn euz e ostizien,

Niver euz e amezeien,

E-barz ‘n o bruched o daouarn,

Pe o tana gand eun houarn.

An teodou, avad, ‘yee en dro.

Diwar-benn kelachou ar vro

Ma tibun ar merhed er stêr,

Ar hovel ivez ‘glev traou kêr

Bommou demeuz ar re vrasa,

Marvaillou ar re fentusa,

Rimadellou ha lavariou,

Prijou ar marhad, ar foariou,

Stumm ar hezeg, ar zaouteier,

Stad ar prajou, ar parkeier.

*

**

E wreg a oa e oll sikour

Med ‘liez er-mêz ‘doa labour.

Neuze, ‘vid rei dao war an tomm

Da hortoz n’en-doa ket ezomm: 

Nebeud pe nebeud er penn-kêr

Pep bini diouzom ‘oa skoer.

*

**

Sklerijennet ‘weled ar haol

Pa vezed e leh all ouz taol.

Ar goañv deut, e-barz e di kloz

An anneo sklintine bemnoz.

Soñj am-eus penaoz, d’ar zadorn,

Yaouank ‘roen dezañ an dorn

‘vid lemma e filzier-aotenn

Klasket ‘balamour d’o neudenn.

*

**

Konter dre natur, d’ar mignon

E tizoloe e galon. Evel-se e klevis gantañ

Ar pez a ziskuillan amañ :

O tehed ‘oa diouz e vestrez

P’e gavas e foar ar Fouillez ;

Eur sac’hadig war e chupenn

A droas tu ‘vid tu e benn.

Kinnig a reas eur banne :

Hi hag eñ mad en em gare.

Eur miz goude, stag da viken,

E kouskent dindan he zoenn.

*

**

Dre veva en eur êr noazuz,

Pell diouz an heol madelezuz,

En e wella brud e klañvas

Ha meur a viz en em stlejas,

Teñval e benn, oll dinerzet,

Amañ hag a-hont azezet…

Eun devez din e lavaras :

« Na glemm morse war an trabas.

Trist eo chom heb ober netra,

Hep galloud gounid e vara.

Er bed n’ez euz ‘med eun teñzour :

Her havoud a ri el labour…

Ma vije va ziad savet,

Me ‘houlennfe beza sammet. »

*

**

Ar maro ‘skoas war e zor ;

Abaoe eo chomet digor.

*

**

‘Leh, bihanig, war ar skabell,

‘Sehen ‘wechou va diouaskell,

Ez eus bremañ eun ti bennag

N’oufen ‘ve outañ den gwall-stag.

Med ar hovel, bet dilezet,

Din priz ar vuhez ‘deus desket.

Marteze meur a hini all

‘Deus miret da drei en hent fall.

La forge

Je vois mon voisin actionnant

Son grand soufflet tout en parlant,

Souvent les manches retroussées

Sur ses bras veineux et musclés,

Vêtu d’un grossier tablier

Très vieux, souvent raccommodé.

Il est fort, pas très grand, cet homme

Comme tout un chacun, en somme.

Mais pour ma part, je me souviens

D’un homme vigoureux et serein.

Si du mal je lui ai causé

J’aimerais être pardonné.

Gamin, je disais en passant

Devant sa forge cheminant

« Couine, couine, soufflet tout cassé

Couine, couine, soufflet essoufflé.

Le pauvre forgeron vexé,

Plein de colère, et excédé

Sortait alors, tel un démon,

Criait, jurait : « Va-t’en, fripon ! »

Dès que le premier coq chantait

Son enclume sitôt répondait

On l’appelait « réveil-matin »

Il a fâché plus d’un voisin.

Car nul ne demeurait couché

Quand il commençait à frapper.

En été, sa soupe avalée

Il venait finir de manger

Devant sa maison, sur un banc :

Là s’arrêtaient tous les passants.

Quand à l’école je me rendais

Toujours son marteau j’entendais.

A la forge se réunissaient

Des tas de gens quand il pleuvait.

On y trouvait de ses clients

Et ses voisins, naturellement,

Qui les mains sur le cœur croisaient

Ou leur pipe au fer allumaient.

Et là les langues allaient bon train

Sur les nouvelles, les potins.

Si les femmes papotent au lavoir

La forge aussi a ses histoires :

Des sujets bien philosophiques

Aux histoires les plus caustiques,

Les comptines et les dictons

Les prix du marché, des moissons,

L’aspect des chevaux, des bovins,

L’état des prairies, des jardins.

Sa femme était son seul secours

Mais comme elle partait tous les jours

Quand il devait battre le fer

Il fallait en hâte le faire :

Dans le quartier tous, plus ou moins,

Nous en avons été témoins.

De chez nous, de l’autre côté

On voyait la forge éclairée.

L’hiver venu, maison fermée

Tintait l’enclume dans la soirée.

Je me souviens que le samedi

Je l’aidais quand j’étais petit

Pour aiguiser faucilles et faux

Tant recherchées car sans défaut.

Conteur par nature, à l’ami

Il ouvrait son cœur sans souci.

C’est ainsi qu’un jour j’entendis

Ce que je dévoile aujourd’hui :

Lui fuyait sa maîtresse éplorée

Quand elle le vit à La Feuillée,

Avec son baluchon, sur le dos.

Il se retourna aussitôt.

Il l’invita vite au café

Tous deux se lièrent d’amitié.

Peu après, unis à jamais

Sous son toit tous les deux dormaient.

A force de vivre dans l’air vicié

Loin du soleil, de ses bienfaits

Bien vite malade il tomba

Pendant de long mois vacilla,

La mine sombre, tout affaibli

Assis, se traînant jusqu’au lit.

Et c’est ainsi qu’il m’avoua :

Ne nous plaignons pas des tracas

Car il est triste en vérité

De ne pouvoir son pain gagner.

Au monde il n’est qu’un seul trésor :

Le travail vaut bien mieux que l’or…

Si mes enfants étaient élevés

J’aimerais être délivré.

A sa porte la mort a frappé

Depuis nul ne l’a refermée.

Là où enfant, souvent j’allais

Me sécher sur le tabouret,

Habitent à présent des gens

Qui nous laissent indifférents.

Mais cette forge, fermée depuis,

M’a appris le prix de la vie.

Elle qui sans doute, plus d’un gamin

Détourna du mauvais chemin.