Gant ar voutaouerien / Barzhoneg gant Ivonig Picard

Gand ar voutaouerien

Tremeniad dibreder, atao gand eun troad skañv,

Em-eus baleet em bro e-pad ar miziou hañv,

D ‘an avañtur Doue, em dorn eun tammig baz,

Eun nozvez e kouskis e goueled eur hoad braz.

War eur gwele skolpad, e ti boutaouerien. ‘

Tronoz, da darz an deiz, an oll vicherourien,

E-pad ma kempennent pe zivouedent ar fao

A weled a-dammou ha reñket en o zao,

A gleven o c’hoarzin, kana pe c’hwibanad.

Kenavo, mignoned ! , a reen ‘n eur bellaad ;

Ha, ‘liez, en eur vond ‘hed an hent e laren :

« An eurvad, marteze, a zo en eul lochenn… »

Avec les sabotiers

Moi passant sans souci, moi qui d’un pied léger

Par les chemins allais, dans les longs mois d’été,

Marchant à l’aventure, aidé de mon bâton

Une nuit j’ai dormi au cœur d’un bois profond,

Sur un lit de copeaux, chez de fiers sabotiers.

Le lendemain dès l’aube, tous étaient occupés,

Creusaient et façonnaient le hêtre ardemment,

Alignaient les sabots, les levaient, bien en rang.

Je les entendais rire, chanter ou siffloter.

« Kenavo mes amis, moi je dois m’en aller. »

Et souvent en ma route, je me le répétais :

Le bonheur n’est-il pas, mes frères, dans les forêts ?