Klemmou ar c’hantonier / Barzhoneg gant Ivonig Picard

Klemmou ar Hantonier

Gwechall me a veve em êz

Gand nebeud a hounidegez ;

Prizet ‘oan gand tud va farroz,

Ne gleven eur ger dibropos.

D’am amezeien ‘roen dorn

Evid an eost e korn pe gorn,

War an hent ne valee den

Hep kaozeal en eur dremen.

Bremañ ‘sell ouzin va nesa

Gand eul lagad yen peurvuia.

Ral e kavan eur vouez klouar

An dishegar ‘ren on douar…

Ne baouezer ken da ehan

‘Baoe m’eo deut ar hirri-dre-dan ;

Evelto ‘kerz peb marh-houarn,

Ha gwech e kouez em diskouarn

Komzou displijuz, sotoni,

Gwasoh eged ‘n eur marchosi.

An dereadegez ‘n or mesk,

D’an meno, ne da ket war gresk.

Daoust din da veza aketuz,

‘Rankan gouzanv geriou flemmuz.

Va hent ‘zo ‘giz eur melezour,

Ken kompez ha strad eur han-dour.

Warnañ pep stern a hell ruilla

Hep kaoud tamm aon da re-stroñsa.

Ez-gwir, va stad n’eo ket uhel,

Med atao e vo tud izel…

Or Mestr deom oll hel lavaras,

Jezuz, or Zalver, da Judaz.

Er bed-mañ, eun dra a zere :

Labourad hervez on dere.

Karr ha karrigell ha ki kêz,

Va hompagnunez er vuhez,

Greom fê war gement den sod

Ha dreist-oll war al lakepod,

A hoapa va heiz kenseurted,

Bep tro p’o-devez re garget !…

La complainte du cantonnier

Autrefois je vivais content

Sans que je gagne beaucoup d’argent ;

Dans mon village j’étais aimé,

Jamais de propos déplacés.

Je venais en aide aux voisins

Pour la moisson ou pour les foins.

Sur la route les gens s’arrêtaient,

Pour bavarder ils s’attardaient.

Ils me regardent maintenant

Avec un oeil froid et distant.

Jamais de doux mots ni d’égards,

La malveillance tous les égare.

Car les voitures ont tout changé

Personne ne veut plus s’arrêter.

Pour les cyclistes c’est pareil

Parfois arrivent à mes oreilles

Des mots déplaisants, des âneries,

Pire que des jurons d’écurie.

La bienséance, à mon avis

Se perd bien vite dans le pays,

Bien que je fasse de mon mieux

Je subis des propos haineux.

Ma route est plane et bien damée

Telle un miroir, en vérité.

Chaque attelage peut y rouler

Sans craindre de se faire secouer.

C’est vrai, je suis un miséreux

Mais toujours il faudra des gueux.

Notre seigneur Jésus l’a dit

A Judas, le félon maudit :

En ce bas monde il faudra bien

Que chacun suive son destin.

Ma charrette et mon chien ami

Sont mes compagnons dans la vie

Méprisons donc ces innocents

Et surtout ce sale chenapan

Qui raille tant mes congénères

Dès qu’il ont vidé trop de verres.