Mengleuzier Sant Kadou / Barzhoneg gant Ivonig Picard

Mengleuzier Sant-Kadou hag ar Gannerez-dour

Da houlou-deiz, bep beure,

Ez an e donder Are

Dre eur harr-hent moan ha treuz,

Toullet e-barz va mengleuz.

Kentoh ‘vidon e vez c’hoaz

War ribl ar poullou demhlaz,

Ar gannerez hegarad

O prederia he neizad.

Hemañ, er bloaz tremenet,

‘N em gave ‘n eur bern atred :

Divenn reen e re vihan

Ouz pep nehamant ha poan.

Tristig ar vamm da genta

‘Nije en-dro, ‘n eur grena,

Nemed va damant d’he neiz

‘Greskas em heñver he feiz.

Hag hebdale, beb mintin,

E veze laouen ouzin.

‘Baoe ‘vevom ‘vel mignoned,

A-hed an deiz a-gevred.

A-uz d’or penn ar sparfell

A blav war he diouaskell ;

Nemed me ‘oar gand evez

Diwall va hompagnunez.

‘Benn bloaz, mar plij da Zoue,

‘Raim tiegez adarre,

Ha ma pella ‘pad ar goañv,

Dezi me a zougo kañv.

L’ardoisier de Saint Cadou et la bergeronnette

Sitôt le soleil levé

Je plonge au cœur de l’Arrée

Par un chemin déblayé

Dans ma carrière, mon chantier.

Mais avant moi s’est posée

Sur le bord des mares bleutées

La bergeronnette fidèle

Ses chers petits sous son aile

L’an passé elle nichait

Dans les gravats, les déchets

Je défendais ses petits

Des tourments et des ennuis.

D’abord triste elle tournoyait

En tremblant, oiseau inquiet.

Mais j’étais attentionné

Et elle finit par m’aimer.

Sans tarder, chaque matin

Elle arrivait pleine d’entrain.

Depuis nous somme des amis

Nous nous tenons compagnie.

Tout là-haut est l’épervier

Qui plane, ses ailes déployées.

Mais n’ayez crainte, mes petits

Car sur vous veille votre ami.

L’an prochain, si Dieu le veut

Nous serons à nouveau deux.

Si l’hiver elle disparaît

Le deuil, je le porterai.