Ur gannerez / Barzhoneg gant Ivonig Picard

Eur gannerez

Mar deo gwir lavar levriou koz,

War ribl an dour d’abardêz-noz,

Boudiged ha kannerezed

En o hoariou ‘vez kavet.

Diouto n’eo stumm va hannerez,

Bez’ eo kentoh eur vamm a bouez.

Pa ‘z a da zevezia d’eun ti,

Ma n’eo ket prest he dijuni,

‘Raio tra pe dra ‘vid sikour

Mestr pe vestrez en o labour.

Gwelit bremañ he bouteg gwenn

A zoug kompez war eun dorchenn ;

Sioulig e tremen el leur-gêr

Ha ken didrouz e vo er stêr ;

Rag, ma vez ar hannerezed

Peurvuia fistillerezed,

Va hini ‘zalh he genou kloz

Deuz ar zav-heol beteg an noz.

Pe glouar pe yen an amzer,

Laouen atao e teu d’ar gêr ;

N’he-do ket neuz eur zonerez

N’ehan da glemm euz he devez,

Da chala dalhmad war he stad,

O lakaad an oll d’he hasad.

Da zebri e vez gortozet :

Gand pep-hini ez eo karet ;

Ki ar vereuri e-unan,

Ma wel anezi ‘tond d’he hoan,

Evel ‘vid lida he distro,

Prim d’he diambroug a yelo.

Goude ar pred e vez pedet

D’azeza ‘kichenn an oaled.

Eno ‘paouez eur pennad mad

‘Vel oll izili an tiad.

C’hwek e klevit he zrugarez

Pa vez paeet dei he devez ;

Koulskoude, n’eo ket heb gouzoud

Eo gwall-ziêz bremañ kavoud

D’hoh eila gwir zervicherien,

Zoken ‘vid ‘leiz a wenneien.

Med hi ‘vir ar gwella spered

Demeuz an amzer dremenet :

Leal e chom d’an 1iegez

Heh implije pa oa dibres.

Ar ouenn-ze ne da ket war gresk.

He meulom p’en em gav ‘n on mesk.

Evidon-me va hannerez

A zo eur skwer a vadelez.

Mar he barnit eun tredemarz,

Gouezit eo anvet Soaz Roparz.

Une lavandière

Si l’on en croit la légende

Le soir venu viennent en bande

S’ébattre, festoyer à l’envi

Les lavandières de la nuit.

Ma lavandière n’est point ainsi

C’est une mère pleine d’énergie.

Quand elle travaille à la journée

Si le déjeuner doit tarder,

Elle aide sans qu’on lui ordonne

Et son patron et sa patronne.

Voyez-la porter fièrement

Sur sa tête son panier blanc ;

Calme elle traverse le hameau

Et bien vite elle est près de l’eau.

Car si beaucoup de lavandières

Sont bien souvent des cancanières

La mienne sait silence garder

De l’aurore à la nuit tombée.

Que le temps soit doux ou frisquet

Quand elle rentre elle est toujours gaie.

Elle n’est point comme ces discoureuses

Bien plus geignardes que travailleuses,

Qui sans cesse maudissent leur sort

Et que partout les gens abhorrent.

On l’attend partout pour manger

Et de chacun elle est aimée.

Et même le chien du fermier

Quand elle rentre à l’heure du souper,

Pour fêter le soir son retour

A sa rencontre, fidèle il court.

Après souper elle est conviée

A s’asseoir auprès du foyer.

Et là elle passe toute la soirée

Au milieu de la maisonnée.

D’un ton affable elle remercie

Lorsque ses gages lui sont remis.

Elle n’est pas sans savoir pourtant

Qu’il est difficile maintenant

De trouver pour vous seconder

Des serviteurs, même cher payés.

Mais cette personne a conservé

De jadis la mentalité :

Loyale elle reste à la maison

Qui l’employa en morte saison ;

Cette race de gens est rareté

Sachons donc bien l’apprécier

Ma lavandière, en vérité

Est un modèle de bonté

Sachez que cette perfection

Au nom de Soaz Ropars répond.